Un début d'année éreintant - Luce Amyot
Luce Amyot

Mes seules limites, c’est moi qui les fixe. Le changement terrifie tout le monde, mais pas moi, il me stimule. Enfant dyslexique, ma mère a rejeté ce diagnostic et m’a appris à foncer et à m’épanouir pleinement. Pour moi, la vie est faite de challenge et de plaisirs, et de partage. Ce blog est un nouveau défi que je suis prête à relever !

Un début d'année éreintant

Un début d'année éreintant - Luce Amyot

Le début de l’année avait été fatigant, car j’avais dû gérer de nombreux événements imprévus. Ma sœur m’avait demandé de garder ses enfants pendant deux semaines, car elle avait dû aller aider sa belle-mère qui avait été inondée. J’avais eu quelques ennuis avec deux radiateurs récalcitrants, qui ne voulaient plus chauffer. Je les avais changés et j’avais profité de cet achat pour refaire une partie de ma chambre. Un nouveau luminaire et des stores vénitiens en bambou avaient été ajoutés à ma décoration. De plus, je m’étais inscrite dans une salle de sport, où je voulais aller, au moins deux fois par semaine. Après le départ de mes neveux, mon appartement était très mal rangé. Cela m’obligea à faire le tri dans tout ce que je gardais, de mes vêtements à mes draps, et de donner à des œuvres caritatives ce dont je ne me servais plus, car ce linge pouvait encore faire des heureux.

J’avais entièrement refait ma planification financiere, puis je m’étais attelée à la réfection de la maison de campagne que je voulais entièrement refaire. Je l’avais acquise à la fin de l’année précédente, et je savais que je devais l’entretenir correctement. Comme c’était encore l’hiver, je ne pouvais m’y déplacer, mais je prenais des contacts avec des ouvriers locaux pour qu’il me fournisse des devis et des délais pour les travaux que je voulais entreprendre. J’avais fait des plans que j’avais scannés et envoyés aux divers professionnels que je comptais embaucher. Ils avaient estimé le coût de l’annexe que je souhaitais construire contre la maison à un prix raisonnable, pour la plupart. J’hésitais entre deux plombiers, mon électricien était déjà trouvé, et je voulais trouver un bon maître-piscinier.

Dans ma vision de cette maison, seul un bassin dédié à la baignade manquait. En intérieur, je voulais une eau chaude et son eau serait salée. La forme de haricot de la piscine était très jolie, mais difficile à agrémenter, car la découpe pour le bois, qui constituerait le plancher tout autour de la piscine, était plus compliquée. La nouvelle construction serait dotée d’aérations et de fenêtres qui s’ouvriraient, d’un solarium, et même d’un sauna. Seul le jacuzzi manquait pour qualifier cette nouvelle pièce de spa. J’avais aussi commandé des plantes que je mettrais dans des pots, tout au bord de la piscine. Toutes ces activités m’avaient fatiguée et je souhaitais que ma nouvelle maison soit enfin terminée, pour pouvoir en profiter pendant les beaux jours.