Quand rien ne va... - Luce Amyot
Luce Amyot

Mes seules limites, c’est moi qui les fixe. Le changement terrifie tout le monde, mais pas moi, il me stimule. Enfant dyslexique, ma mère a rejeté ce diagnostic et m’a appris à foncer et à m’épanouir pleinement. Pour moi, la vie est faite de challenge et de plaisirs, et de partage. Ce blog est un nouveau défi que je suis prête à relever !

Quand rien ne va...

Quand rien ne va... - Luce Amyot

Je m’étais préparé une semaine de vacances tout à fait tranquille. Une réservation dans un hôtel de luxe près d’un grand lac, m’avait tout de suite conquise, quand j’avais vu une publicité sur Internet qui vantait la beauté du lieu. Avec un spa, une piscine, un restaurant, un bar animé, et même une bibliothèque, je ne pouvais rêver mieux pour me détendre. J’avais proposé à plusieurs amies autour de moi de m’accompagner, mais aucune ne m’avait suivie. Je préparais ma valise avec des vêtements appropriés : mes deux robes en soie grise, des chaussures à talons de différents styles, une veste chaude et deux maillots de bain. J’avais aussi quelques accessoires, des foulards et des ceintures et je voulais m’offrir le reste de ma garde-robe pendant mon séjour. Dans la description que j’avais lue, plusieurs magasins de vêtements étaient installés à proximité. Je vérifiais que j’avais tout pris et je partis.

Arrivée devant l’hôtel, plusieurs heures après, je sentis que j’avais oublié quelque chose d’essentiel. Je pénétrais dans le hall et je demandais ma carte d’accès à ma chambre. Mon bagage léger ne nécessitait pas d’aide, je montais seule au deuxième étage. Je me souvins enfin : dans ma hâte à partir, j’avais oublié tous mes produits de beauté qui étaient restés bien sagement dans ma trousse, posée sur mon lit. Je l’avais laissée là, avant de boucler ma valise, car j’avais oublié de mettre une pince à épiler dedans. Je n’avais plus qu’à aller en ville le lendemain pour me prendre tout ce qui me manquait, du maquillage à la crème hydratante pour le corps ; une journée de courses, en somme, était à prévoir pour le lendemain. Debout toute la journée, je devrai faire attention à mes traitement varices. Et moi qui pensais profiter du sauna… En sortant de ma chambre, je cassais le talon de ma chaussure. Je n’ai toujours pas compris comment je suis arrivée à ce résultat.

Plus qu’une seule paire de chaussures à mettre, une garde-robe presque complète à trouver et aussi, mes produits de soin pour le corps et le visage, la liste de ce que je devais trouver absolument s’allongeait. Heureusement que la ville la plus proche était pourvue de tout ce qu’il me fallait. Les commerçants étaient tous charmants, et je fis même une petite visite des quartiers pittoresques. Cette journée qui s’annonçait difficile, fut une des plus agréables de mon séjour. Je pense retourner dans cette ville un jour prochain, pour mieux la découvrir.