Les angoisses d'Anita - Luce Amyot
Luce Amyot

Mes seules limites, c’est moi qui les fixe. Le changement terrifie tout le monde, mais pas moi, il me stimule. Enfant dyslexique, ma mère a rejeté ce diagnostic et m’a appris à foncer et à m’épanouir pleinement. Pour moi, la vie est faite de challenge et de plaisirs, et de partage. Ce blog est un nouveau défi que je suis prête à relever !

Les angoisses d'Anita

Les angoisses d'Anita - Luce Amyot

Mon mari et moi, avons pris la décision de faire construire une maison à la campagne, pour s’y installer. En effet, mon mari a obtenu un très gros contrat, et compte bien faire construire son propre usine là-bas où il pourra surveiller plus facilement ses ouvriers et ses productions, puisqu’il est dans le secteur de l’agriculture. Cette nouvelle a bouleversé Anita, notre fille  de 12 ans, qui s’est habituée à vivre en ville et a sa meilleure amie qui habite juste à côté. Selon Anita, nous sommes des égoïstes qui allons lui faire honte devant toutes ses amies, car elle pense que vivre dans la campagne, c’est pour les pauvres. J’ai discuté avec elle pour la persuader qu’elle et ses amis ont tort sur le fait de vivre à la campagne, ce n’est pas pour les pauvres, mais sans succès. Quant à notre fils, Jonathan, qui a 4 ans et quelques mois, vivre à la campagne l’excite, car là-bas, nous avons une grande cours où il peut jouer sans être perturbé par des voitures, ou par de nombreux passant, comme ici en ville, où il s’ennuie lorsqu’il n’est pas en classe. Pour faire plaisir à Anita, je lui ai proposé de m’aider à choisir la forme de la maison que l’on va faire construire là-bas, parmi plusieurs plans et images que l’architecte nous a proposés.

Évidemment, elle a refusé, car elle n’accepte pas encore cette idée, donc j’ai fait mes recherches moi-même, tandis que mon mari était occupé à son usine. C’est Jonathan qui a passé du temps avec moi. À la fin, j’ai opté pour une jolie maison à deux étages, à la fois classique et moderne, avec quatre chambres, une grande salle de jeu, une belle cuisine, salle de bain, et à l’extérieur, une magnifique terrasse à auvent fixe, pour que je puisse y installer un salon de jardin. En montrant ce choix à mon mari, il a tout de suite aimé. Mercredi dernier, avec les enfants qui n’avaient pas cours, nous sommes allés rencontrer l’architecte afin de prendre les mesures de la surface où nous avons envisagé construire la maison. Une fois là-bas, Anita a vu plusieurs maisons voisines qui étaient des belles maisons avec garages, et même, une piscine sur l’une d’elles. C’est là qu’elle a réalisé qu’elle et ses amis avaient tout faut. Elle m’a donc demandé une photo de la maison que nous allons construire et a commencé à donner son idée sur plusieurs caractères de la maison comme la couleur des murs extérieurs, la taille du jardin, etc. Ça nous a soulagé l’esprit le fait de savoir qu’elle a enfin accepté cette décision.